LE SMiBA


Le Syndicat de l’Aubance a été créé en 1961 et regroupe aujourd'hui 20 communes dont 1 Communauté de Communes pour partie de son territoire.

Il s’agit de : Blaison-Gohier, Brissac-Quincé, Charcé-Saint-Ellier-sur-Aubance, Chemellier, Denée, Grézillé, Les Alleuds, Louerre, Luigné, Mûrs-Erigné, Saint-Jean-des-Mauvrets, Saint-Melaine-sur-Aubance, Saint-Saturnin-sur-Loire, Soulaines-sur-Aubance, Vauchrétien, Saulgé-l’Hôpital et la Communauté de Communes des Coteaux du Layon pour partie de son territoire (Chavagnes-les-Eaux, Faye-d'Anjou, Mozé-sur-Louet et Notre-Dame-d'Allençon).


Historique du Syndicat...
Autrefois, l’Aubance était une rivière capricieuse ; parfois violente l’hiver, et prenant des allures d’oued africain l’été. En 1959, année particulièrement sèche, l’eau ne courrait pas encore au début du mois de décembre à Saint-Melaine-sur-Aubance. Par contre en période pluvieuse, l’Aubance, large ordinairement de quelques mètres, inonde la vallée et atteint par endroit plusieurs dizaines de mètres. Les 3 et 4 novembre 1960, elle noya brusquement la vallée entrant par effraction dans les maisons les plus basses, passant par-dessus le Pont aux Moines (commune de Saint-Melaine-sur-Aubance), écumant et tourbillonnant tel un torrent. Ce scénario se produisit une nouvelle fois deux mois plus tard. De mémoires d’hommes on n’avait jamais vu cela, même si on retrouve des traces de crues violentes depuis juin 1575.
Afin de maîtriser les débits de l’Aubance et limiter ses crues violentes, les Maires des communes traversées par l’Aubance décidèrent de créer le 23 juin 1961, le Syndicat Intercommunal pour l'Amélioration de l'Aubance (SIAA) (la commune de Denée adhérera en octobre 1968). Il s’agissait à l’époque, d’améliorer la circulation des eaux en hiver et de constituer des retenues en été. Seul le cours principal de l’Aubance était pris en compte. Le Syndicat se porta alors Maître d’ouvrage des travaux de curage, de recalibrage et de redressement de la rivière. La maîtrise d’œuvre, quant à elle, fut assurée par le Service du Génie Rural de la Direction Départementale de l’Agriculture et de la Forêt de Maine-et-Loire. Les travaux durèrent quelques années, on installa des barrages escamotables et la rivière prit alors le cours et l’aspect qu’on lui connaît…

Actualités